Xavier Golfier fait le point sur le film de science-fiction Iron Sky

Iron Sky – The dark side of the moon


IRON SKY

Iron Sky est un film de Science-fiction qui réécrit l’histoire. Dans un futur pas si lointain (2018), alors que les Etats-unis décident de reconquérir la Lune, les astronautes américains découvrent sur sa face cachée une cité spatiale dans laquelle les nazis du IIIème reich se sont réfugiés il y a 70 ans afin de mieux préparer leur retour sur Terre. Et c’est au début du film, au contact d’un astronaute noir-américain qui ravive les passions belliqueuses des aryens sélénites que nous devenons les témoins d’un plan diabolique et délirant des nazis pour installer définitivement leur suprématie sur la planète bleue.

Un pitch pour le moins surprenant pour ce film de série B, qui n’a pas pu se frayer un chemin jusqu’aux salles en France mais nous est parvenu en direct to DVD et blu-ray ce mois de février 2013. Et c’est à l’issu de 5 ans que ce projet Germano-finlandais termine sa production. Lancé en mai 2007, le synopsis n’augurait rien d’un chef-d’œuvre, mais le second degré et la comédie noire sur fond de space opera l’emportent et c’est suite à un appel au don sur internet en mai 2010 que le film se termine et peut financer ses effets spéciaux. C’est pour un budget total de 7 500 000 euros, avec une production européenne que le film voit le jour et croyez-le ou non, il n’a absolument rien à envier à la plupart des grosses productions hollywoodiennes! La mise en scène, la direction d’acteurs et les effets spéciaux sont au rendez-vous.

Le réalisateur Timo Vuorensola nous livre un film tout à fait original, teinté d’humour noir, de nazixploitation et de space opéra avec notamment une séquence de bataille spatiale en zeppelins à la réalisation digne des plus grands. Le tout dans un univers visuel abouti, des décors steam-punk ainsi que les costumes des scaphandres nazis particulièrement réussis. Et n’oublions pas de citer le casting, véritable bijou, avec l’incroyable Udo Kier en chef nazi qui s’éclate à jouer ce rôle, Götz Otto, habituellement cantonné à des rôles pas toujours flatteurs marque ici les esprits dans une interprétation caricaturale maîtrisée du super méchant. La très jolie Julia Dietze, institutrice nazie qui croit dur comme fer à la propagande et finit par voir les choses autrement au contact de la terre et enfin Stephanie Paul dans le rôle de la présidente des Etats-Unis pour notre plus grand plaisir dans cette comédie caustique où même (et surtout) les Américains en prennent pour leur grade et font oublier leur statut de sauveurs de la planète qu’ils se sont toujours donné à l’issu de la seconde guerre mondiale. Nous pourrions citer tous les autres comédiens tant chaque personnage du film est porté avec brio à l’écran.

Donc, peut-être pas encore un chef-d’oeuvre, mais déjà un film culte, à prendre avec beaucoup de seconds degrés et qui vous embarque dans un petit pamphlet politique bon enfant qui n’est pas sans rappeler par certains aspects le docteur Folamour de Stanley Kubrick. Iron Sky est à mon sens du vrai cinéma de divertissement intelligent comme on aimerait en voir plus souvent.

Xavier Golfier